Accueil > Actualités > Tract des CEMEA : Dépasser les menaces réactionnaires

Tract des CEMEA : Dépasser les menaces réactionnaires

Ce qui nous arrive...

Pour la 5ème année, les CEMEA pays de la Loire diffusent les Echos du festival du film d’éducation à travers des projections publiques et d’autres dédiées aux scolaires. Chaque séance s’accompagne d’un débat. Cette année un des films aborde la question de l’homophobie. Une thématique qualifiée « d’ idéologique » selon des organisations comme la manif pour tous et vigi-gender 44, qui s’inventent ici une nouvelle menace...
• Ils ont écrit et rendu publique une longue lettre destinée à tous les établisse­ments privés du secondaire dans le 44 pour les « alerter » des risques encourus pour nos enfants et des soi­-disant déviances idéologiques de l’édu­cation nationale et autres associations d’éducation populaire.
• Par des appels téléphoniques répétés et masqués auprès de la coordination du festival, ils ont cherché à obtenir l’adresse d’une projection réservée aux scolaires. Dans quel but ? Empêcher la diffusion du film, intimider les organisateurs en lais­sant planer l’idée d’une manifestation, trouver une nouvelle occasion pour propager médiatiquement leurs idées...

Ce qu’on en comprend...

On pourrait rire devant tant d’obscurantisme mais nous avons surtout été effa­ré­es par l’ampleur des manifestations. Nous avons essayé de dépasser la consternation, nous avons cherché à comprendre... En relisant la lettre envoyée aux établissements, on se retrouve alors plongé­es dans le registre de la catas­trophe et de la peur. L’utilisation des termes de « veille active », de « vigilance » reviennent comme de mauvaises ritournelles. Ils soutiennent qu’on « imposerait autoritairement ou par la propagande » l’arnaque intellectuelle qu’ils nomment « la théorie du genre ».
Ils essayent de faire croire à une tentative « d’indiffé­renciation des filles et des garçons » là où nous revendiquons simplement l’égalité sociale et éducative pour tous et toutes.
Ils organisent une confusion.
Ils construisent une idée de la famille traditionnelle et patriarcale en lui conférant le statut d’évidence sociétale et de normalité.
Ils empêchent toute réflexion, tout désaccord.
Ils confisquent l’idée même du débat.

Les CEMEA, mouvement d’éducation populaire et d’éducation nouvelle, veulent contribuer à la construction d’une société plus solidaire, plus juste, plus égalitaire, dans une perspective d’émancipation individuelle et collective. Dans ce cadre, la lutte contre toutes formes de discriminations est un enjeu important.

Nous réaffirmons que les questions d’homosexualité et des inégalités filles/garçons traversent de fait la jeunesse et qu’en ce sens, elles ont leur place dans tous les espaces éducatifs. L’obscurantisme est bien de nier l’exis­tence même de ces questions.

Parce que les individus ont leur histoire, parce que l’éducation nous concernent tous et toutes, parce que c’est un processus, parce que la construction des savoirs a toujours été collective, nous réaffirmons que ces débats doivent se tenir dans les lycées et ailleurs.

Ce qu’on en fait...

Ou comment les CEMEA, parmi d’autres, peuvent réagir et faire face ?
Le jour de la projection du film à l’espace Simone de Beauvoir, nous proposons :

  • Un film pour débattre,
  • Une invitation à se rassembler,
  • Un espace pour s’exprimer,
  • Un tract pour discuter,
  • Une soupe pour se tenir chaud,
  • Des jeux pour s’amuser,
  • Et d’avantage, avec vous peut­-être...

RDV devant l’Espace Simone de Beauvoir
25 Quai de Versailles à Nantes
le Vendredi 21 novembre à partir de 19h00

Documents joints

SPIP | Site réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0

CEMÉA Pays de la Loire - 102 rue Saint-Jacques 44200 Nantes

02 51 86 02 60 - accueil[a]cemea-pdll.org