Accueil > Actualités > Communiqué : Professeur - gendarme, à chacun son métier !

Communiqué : Professeur - gendarme, à chacun son métier !

Enjeux e-médias (dont les Ceméa assurent la présidence) est en désaccord profond avec le dispositif qui voit la gendarmerie faire passer un « permis internet » aux élèves de CM2, à l’école élémentaire. Le terme « permis » est utilisé ici de manière abusive, par analogie avec le permis de conduire. L’objectif est-il d’utiliser la peur du gendarme ou de donner une image positive de cette force de police, en l’intronisant dans l’école par ce nouveau dispositif ?

Enjeux e-médias tient à souligner que la métaphore routière pour le réseau Internet est fortement contestable sur le fond. Elle promeut une vision technique et fonctionnelle du réseau, alors qu’Internet est à la fois un espace social, une plate forme de services, un média des médias… qui met notamment les jeunes dans des situations très diverses, de consultation de données, d’expression, de développement de leur sociabilité, de divertissement, de création, de consommation, de découverte… Bien sûr dans cet espace très polyvalent, aux opérateurs et éditeurs multiples, il existe un certain nombre de pratiques à risque et de contenus illicites, très éloignés des valeurs démocratiques de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen. En revanche, la transmission de postures citoyennes face à ces risques ne relève pas de la délivrance d’un permis qui serait acquis pour une durée illimitée, sauf si on vous enlève des points ! La maitrise d’internet est bien au-delà et se prépare en amont d’une validation technique.

Alors, quelle réponse apporter et par qui ?

Pour Enjeux e-médias, la réponse se situe à trois niveaux, articulant éducation, protection et régulation. L’éducation, c’est le rôle central du professeur et de tous les autres éducateurs qui interviennent auprès et avec des enfants. Ils se situent dans la mise en œuvre systématique d’une éducation aux médias et à l’information pour tous et dans son articulation à l’éducation à la citoyenneté. La protection, c’est notamment le jeu et le résultat de mesures publiques et construites avec les acteurs de l’enfance. La régulation, va donner des limites, elle implique des espaces de dialogue, de co-construction et de concertation, rassemblant les pouvoirs publics, les associations citoyennes et les éditeurs ou industriels des contenus. La question des droits de l’enfant doit servir de référence dans ses décisions. La loi, les recommandations, les règles sont des outils pour garantir la liberté de chacun.

Le rôle du gendarme est d’être garant du respect des lois. Il peut s’inscrire dans l’enquête et le travail d’investigation. La gendarmerie agit alors en lien et en amont de la fonction judiciaire. Pour les pratiques à risque ou les contenus illicites, elle est un des leviers pour combattre ces derniers. Mais elle n’a pas de fonction d’apprentissage ni de mission éducative légitime par rapport aux médias… C’est au professeur de mettre en œuvre une éducation aux médias et à l’information qui intégrera cette éducation aux risques et soutiendra des pratiques responsables et citoyennes en donnant une intelligence du fonctionnement du réseau autant que des enjeux sociaux de l’utilisation du web et de ses plateformes. C’est à la régulation d’agir en amont sur les contenus à risques ou toxiques pour les enfants et les jeunes, avec les outils qui sont les siens, pour les exclure du marché ou des espaces fréquentés par les enfants.

Seule une éducation intégrée aux cursus scolaires et périscolaires peut permettre une réflexion régulière des jeunes sur ces pratiques, et éviter que des acteurs commerciaux (Axa en l’occurrence) instrumentalisent la prévention des risques numériques comme plateforme publicitaire.

A chacun sa finalité… et la loi sur la Refondation de l’école donne toute sa place à la dimension éducative et aux acteurs de l’éducation, si essentiels pour tout enfant, adolescent ou jeune, afin de grandir et de se construire comme citoyen critique dans la société numérique.

Contact : Enjeux e-médias, 24 rue Marc Seguin 75018 Paris
Téléphone : Christian Gautellier - 0689861118

SPIP | Site réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0

CEMÉA Pays de la Loire - 102 rue Saint-Jacques 44200 Nantes

02 51 86 02 60 - accueil[a]cemea-pdll.org