Accueil > Newsletter > Archives > Newsletters 2009 > Avril 2009 > Le compte n’y est pas !

Le compte n’y est pas !

Vous avez peut être reçu le communiqué national des 8 associations et du ministère qui donne une apparente satisfaction. Nous sommes effectivement satisfait qu’il n’y ait pas eu une rupture complète. En ce sens nous pouvons parler de satisfaction.

Mais nous restons inquiets et pour plusieurs raisons :

  • incertitude sur l’évolution pour les années à venir,
  • régionalisation possible des subventions ministérielles avec une inégalité possible dans le traitement...
  • la baisse de 25% de 2008 n’est pas remise en cause et elle plane toujours sur l’année 2009


Ministère de l’Education Nationale – Postes de détachés
En octobre 2008 nous perdions beaucoup
en avril 2009 nous perdons moins
mais le compte n’y est pas !
Et de loin...

Le 6 Octobre dernier, le Ministère de l’Education Nationale décidait :
unilatéralement, sans le moindre délai de prévenance, sans concertation préalable, la baisse de 25 % du financement des actions conventionnées par le Ministère au titre de l’exercice civil …2008, soit avec effet rétroactif. de ne pas reconduire, dès le 1er septembre 2009, l’aide qu’il apportait aux centaines d’emplois d’enseignants détachés, répartis sur tous les territoires, pourtant indispensables à la conduite des activités de terrain des Associations concernées, ce qui représentera une réduction globale de près de 70 % des financements concernés !

Les huit associations complémentaires de l’école publique décidaient de réagir collectivement soutenues par plus de 80 000 signatures : www.pourleducation.fr

Depuis le ministère a partiellement reculé et reconduit la convention pour 2009. Mais la situation est loin d’être satisfaisante. Nous ne sommes pas revenus (et de loin !) à la situation antérieure et ceci pour plusieurs raisons. D’une part même si nous pouvons être confiants,

1 : Le ministère n’est pas revenu sur la première décision (réduction de 25% avec rétroactif) pour l’année 2008. Soit pour le réseau CEMEA – 580 000 euros.

2 : Le ministère n’exclut pas de nouveau une baisse de 25% sur l’année 2009 qui cette fois pourrait toucher les deux conventions* soit – 780 000 euros.

3 : Le paiement des détachés se fait à ce jour sur une base forfaitaire, ce qui ne couvre pas complètement les salaires surtout pour les détachés ayant une ancienneté importante.

4 : Le coût des pensions retraites augmentent de manière importante et sont à la charge de nos associations. En 2006 cela représentait 33% du salaire contre 60% en 2009 !

5 : Il n’y aucun engagement pour l’année 2010 avec donc une prise de risque sur les postes enseignants 2009/2010 sur la période janvier à août 2010.

Au regard des conventions en cours de signature et au regard des frais liées à l’évolution de la prise en charge des salaires ; les CEMEA ont donc à ce jour perdu la moitié de leur moyens financiers, devant ainsi passer de 63 postes nationaux à 32 postes.

Régionalement cela nous fait passer de 3 à 1 poste !

Le comble : la CPO (convention pluri objectifs et pluri annuelles) avec le ministère de l’Education Nationale demande à ce que l’on fasse la même chose (voir plus car il se rajoute des éléments sur le dispositif qui fait polémique : l’accompagnement éducatif)
Nous sommes dans une logique :

« Travaillez plus, avec moins de moyens ! »

De plus il semble difficile de ne pas parler de la situation sur d’autres secteurs. A ce jour nous n’avons aucune nouvelle de la subvention Jeunesse et Sports ! Il n’y a plus de ministre ou de Secrétaire d’Etat à la jeunesse ! Nous avons un haut commissaire (Martin Hirsch) rattaché au premier ministre. Il y a un démantèlement important du ministère : fermeture de l’INJEP (Mai 2009) et de 11 CREPS...
En 2009 il ne devrait pas y avoir de CPO mais une subvention annuelle. Le montant n’est pas encore connu à ce jour !

Notre association est donc grandement fragilisée par la politique gouvernementale !

Au niveau de la région Pays de la Loire nous avons le soutien et l’aide du Conseil Régional Pays de la Loire, du Conseil Général Loire Atlantique, des Mairie du Mans et de Nantes !
Malgré tout notre situation est fragilisée et nous devons rester vigilants et mobilisés. Car au-delà de la situation des CEMEA c’est bien l’ensemble des associations d’éducation populaire, des associations laïques qui est visé.

Beaucoup de nos activités pourraient être remises en cause : accompagnement scolaire, formation des délégués d’élèves, éducation à la citoyenneté, ateliers de pratiques artistiques, activités sportives, classes de découvertes et voyages scolaires éducatifs, initiation à l’environnement et développement durable, centres de loisirs et de vacances d’enfants et d’adolescents, établissements spécialisés, sanitaires et sociaux, accompagnement et accueil de personnes handicapées...

Notre mobilisation reste donc d’actualité !

SPIP | Site réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0

CEMÉA Pays de la Loire - 102 rue Saint-Jacques 44200 Nantes

02 51 86 02 60 - accueil[a]cemea-pdll.org