Le DEJEPS « Développement Projet Territoire et Réseau »

Le diplôme

Le Diplôme d’État de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS) atteste de l’acquisition d’une qualification dans l’exercice d’une activité professionnelle de coordination et d’encadrement à finalité éducative dans les domaines d’activités physiques, sportives, socio-éducatives ou culturelles. Le DEJEPS est un diplôme, homologué de niveau III (BAC+2), enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)

La formation DEJEPS « Développement de projets, territoires et réseaux » prépare à des compétences de diagnostic, de relations partenariales et de conduite de projet, en référence à une pratique pédagogique, dans une visée socio-éducative et socioculturelle.

La formation DEJEPS « Développement de projets, territoires et réseaux » au Mans est construite en collaboration avec Les Francas.

La Formation

Durée

La formation compte 1600 heures organisées en alternance :

• 700h en centre de formation dont 54h en formation à distance
• 900h dans une structure d’animation

Dates et lieux

• À Nantes  : du 4 Avril 2022 au 15 Septembre 2023.
• Au Mans  : du 13 Décembre 2021 au 26 Mai 2023

Coût

• Demandeur·se d’emploi : 6 125 €
• Salarié·e : 7 539 €
• Frais de dossier : 50€

Aides au financement

Les objectifs

Le DEJEP DPTR est une formation aux fonctions d’animateur.ice socio-culturel.le. Les CEMEA et les Centres Sociaux partagent une conception du métier de l’animateur fondée sur les principes de l’Éducation Populaire leur permettant d’affirmer que :

  • L’animateur doit se soucier en permanence du sens de son action. Cette conviction est un préalable à l’exercice de compétences techniques ou opérationnelles. Cette maîtrise du sens de l’action passe par une attitude de questionnement permanent entre les pratiques concrètes et les finalités, une confiance dans les possibilités des habitants à s’inscrire dans des démarches de participation et d’implication pour s’approprier leurs activités, leur vie sociale et leur territoire.
  • L’animateur soutient et promeut la vie associative. La spécificité de son intervention réside dans sa capacité à accompagner les publics. Son activité se décline aussi bien en direction des élus et adhérents associatifs qu’en direction des habitants d’un territoire.
  • L’animation suppose un engagement personnel et une dimension politique. Toute action éducative mobilise nécessairement une visée politique, portée par un désir de transformation sociale, et une part d’ « utopie concrète ».
  • L’animateur est porteur d’un projet de territoire. Il favorise le lien social et intergénérationnel, en s’appuyant sur des besoins identifiés, et en créant des espaces de médiation et de participation. Pour ce faire, il est en capacité d’évaluer les politiques publiques en matière d’éducation, d’urbanisme, de développement local, afin de mieux saisir les enjeux existants sur le territoire, et de les rendre accessibles à ses habitants.
  • La mise en action des publics est le mode d’intervention commun de tous les animateurs. Autrement dit l’activité est vue comme un facteur potentiel de changement chez les participants ou autour d’eux. L’intérêt serait l’effet constaté (donc conscientisé) d’une action collective : confiance en soi, reconnaissance sociale, modification de l’environnement proche, des rapports sociaux, voire quelques évolutions (même légères) institutionnelles...
  • Elle passe nécessairement par une maîtrise de techniques d’activités et par une inscription de ces pratiques dans des démarches pédagogiques cohérentes avec les intentions de la structure.

La formation vise à une meilleure qualification professionnelle en permettant à chacun de :

  • Consolider son expérience professionnelle et d’enrichir sa qualification pour mieux comprendre et mieux maîtriser les différents aspects (pédagogiques, matériels, techniques, financiers) d’un projet d’animation.
  • Penser sa pratique professionnelle dans un cadre institutionnel donné, ainsi que dans le champ du travail social et de l’animation et dans l’environnement social, économique et politique, c’est à dire être en capacité d’analyser des situations sociales et culturelles complexes, d’identifier les changements à produire et de mettre en œuvre des projets d’actions pertinents par des pratiques pédagogiques maîtrisées.
  • Identifier sa place et son rôle dans les réseaux et les logiques partenariales de son territoire d’intervention.

Valeurs & Pratiques de la formation

Aux CÉMÉA, nous axons nos démarches autour de la notion d’agir. Elle met au coeur de la formation la pratique d’activités mêlant création, production et retours d’expériences. Nous valorisons l’apprentissage sur le terrain afin d’apporter aux stagiaires une réalité professionnelle. Elle valorise ainsi les observations, les études des milieux et d’environnement réalistes afin de proposer des expérimentations et la mise en oeuvre de moyens adéquats aux besoins du terrains. Ainsi, nous proposons des mises en situations et des séances de travail alternées en groupes, ponctuées par des apports de contenus pédagogiques. Nous prenons également en compte les compétences individuelles et collectives de chacun·e tout au long de la formation.

L’analyse de situations professionnelles vécues est menée de manière régulière tout au long de la formation et aide à prendre du recul avec la pratique et le terrain.

Alternance & Tutorat

L’alternance représente un mode de formation historique de l’Éducation Populaire. L’alternance est une base incontournable pour la promotion sociale. En reconnaissant et en s’appuyant sur le parcours et l’expérience, elle permet et favorise une dynamique de développement.
La qualité du terrain d’alternance est déterminante dans le processus de formation (possibilité d’expérimentation, clarté des missions, présence de cadres capables d’accompagner le formé, possibilité de mobiliser des moyens adaptés au projet, aux missions).

Chaque stagiaire a un·e tuteur·trice sur son terrain professionnel. Les tuteur·trices s’engagent à accueillir, former, évaluer l’apprenti·e. Iel se charge du lien avec l’organisme de formation pour être en adéquation avec les contenus de la formation et élabore les projets du stage pratique. Les formateur·rices des CEMEA travaillent directement avec les tuteur·rices afin de les accompagner sur les besoins de la formation et faciliter les échanges, tout au long de l’alternance.

Le déroulement de la formation certifiante

Le DEJEPS se décline en 4 unités capitalisables (UC) qui représentent les compétences acquises et régissent les épreuves liées à la formation.

L’UC 1 « Concevoir un projet d’action »

Elle vise à savoir analyser un contexte socio-professionnel et formaliser les éléments d’un projet d’action

L’UC 2 « Coordonner la mise en oeuvre d’un projet d’action »

Cela correspond à animer une équipe de travail, promouvoir les actions programmées et en gérer la logistique, animer la démarche qualité.

L’UC 3 « Conduire des démarches pédagogiques dans une perspective socio-éducative »

Cette UC demande d’être en mesure de définir le cadre de ses interventions pédagogiques, conduire ces interventions, les évaluer et conduire des actions de formations.

L’UC 4 « Animer en sécurité dans le champ d’activité »

Elle s’articule sur la connaissance de techniques et législatives du champ d’activité.

Afin de valider ces UC, la certification se déroule en 2 étapes :

1ÈRE ÉTAPE : l’UC3 et l’UC 4

Production d’un document
Le/la candidat.e réalise un document de 10 à 15 pages présentant le contexte, le choix de la démarche et des éléments de son déroulement. La mise en situation professionnelle est un temps d’intervention, d’une durée de 1h30 à 2h00, impliquant l’équipe, les bénévoles et/ou les partenaires du projet d’intervention, dans le cadre du projet institutionnel de la structure.

Mise en situation professionnelle et entretien
A l’issue de cette conduite de réunion, le/la candidat.e se présente à un entretien d’une durée de 40 minutes maximum avec une commission d’évaluation DEJEPS qui a reçu, une semaine avant la mise en situation professionnelle, le dossier de présentation de la séance. Le candidat dispose de 20 minutes de présentation, puis iel répond aux questionnements de la commission d’évaluation DEJEPS.

2ÈME ÉTAPE : l’UC1 et l’UC2

Production d’un document
Le/la candidat.e rédige un document de 20 pages, hors annexes, présentant une analyse de la conception et de la mise en œuvre du projet d’actions, ainsi que son évaluation. Iel présentera également une analyse des fonctions de coordination assumées par le candidat.e.

Soutenance
Ce document constituera le support d’un entretien de 60 minutes au maximum comprenant une présentation orale de 20 minutes au maximum.

Les rattrapages

Chacune des situations certificatives fait l’objet d’une seconde présentation en cas d’échec. Dans des cas spécifiques (accident, maladie, maternité, etc.), la commission certificative pourra proposer une nouvelle situation d’évaluation certificative. Chaque rattrapage fait l’objet d’une motivation et d’un conseil explicitement formulés au·à la candidat·e dans la grille de certification par la commission d’évaluation. Pour l’épreuve « Temps d’intervention », cette contractualisation fixera également la date de cette nouvelle mise en situation qui se tiendra dans un délai à convenir entre le·la stagiaire, le·la formateur·ice référent·e et la commission d’évaluation.

Candidature

📍 Pour le DEJEPS « DPTR » au Mans :

  • Dépôt des Candidatures : avant le 2 novembre 2021
  • Sélections : 9 novembre 2021

📍 Pour le DEJEPS « DPTR » à Nantes :

  • Dépôt des Candidatures : jusqu’au 23 février 2022
  • Sélections : d’octobre 2021 à février 2022

🔔 Pré-requis

Cette formation s’adresse à des personnes ayant une expérience significative dans l’animation et/ou le milieu associatif et souhaitant accéder à des fonctions de coordination, qu’elle soit salariée, apprentie ou demandeuses d’emploi.

Le/la candidat.e doit être titulaire du PSC1 et

  • soit être titulaire d’un diplôme de niveau 4 du champ de l’animation, enregistré au RNCP,
  • soit être titulaire d’un diplôme de niveau 5 enregistré au RNCP, soit attester d’un niveau de formation correspondant à un niveau 4 et se prévaloir d’une expérience d’animation de 6 mois,
  • soit justifier de 24 mois d’activités professionnelles ou bénévoles, correspondant à 1600h minimum.

Le/la candidat(e) doit également :

→ Déposer un dossier de candidature complet

→ Avoir une structure professionnelle pour l’entrée en formation

→ Satisfaire aux tests de sélection de l’organisme de formation

→ Avoir un plan de financement de la formation

Dossier de candidature

Envoi des dossiers complets avant le 23 février 2022 à Cemea PDLL - Secteur Animation Professionnelle - 102 rue Saint Jacques 44200 Nantes

Télécharger les dossiers de candidature :

Financer son DEJEPS

De nombreux dispositifs existent afin de financer votre formation. Voici, ci dessous, un schéma montrant les principales aides en fonction de votre situation.
Voir le schéma

En complément, nous vous invitons à consulter :
https://www.service-public.fr/
https://pro.choisirmonmetier-paysde...
https://www.pole-emploi.fr/candidat...