Accueil > Actualités > Focus international été 2016

Focus international été 2016

  Télécharger l'article en PDF

Les activités internationales se poursuivent tout l’été avec un focus sur trois projets :

Un projet d’échange de jeunes de France/Tunisie/Palestine autour d’un chantier de jeunes du 1er au 10 Août

Ces rencontres existent depuis plusieurs années (2007) Cette année, le changement s’est situé autour du projet de chantier et la place de l’agir dans la rencontre.

L’idée est d’abord venu de nos partenaires palestiniens (Laylac) en visitant nos locaux au 102 (Nantes) : « Vous venez toujours en solidarité pour faire des stages, pour nous aider dans nos travaux. Mais il serait intéressant qu’il y ait réciprocité, une relation plus égalitaire dans la solidarité. Et ces locaux peuvent être l’occasion… »

C’est en ce sens que les CEMEA ont obtenu un financement Erasmus + et ont organisé cet échange avec Laylac (Palestine), deux groupe de Tunisie (Masshed pour Gafsa, et une délégation Jeunesse et Sports de Maddhia). Du côté Français, des membres actifs des CEMEA, JNA (Jeunesse nantaise en action)…

L’échange s’est donc construit autour de trois axes : chantier, visite de la Région et échange interculturelle (à partir de nos réalités culturelles, politiques...)

Deux films réalisés par un collègue de Maddhia (Chadi) : un sur le chantier et un autre sur le reste de l’échange : https://international.cemea-pdll.or...

Stage BAFA 3 en Espagne – Barcelone – Août 2016

Un stage à Barcelone au mois d’août ne serait – ce pas un appel au tourisme, à la fête le soir, à la farniente (même si le mot nous vient de l’Italie) ?

Un stage à l’étranger pourquoi ? A l’étranger parce que partir et rencontrer n’est pas inné. Albert Jacquard résume très bien la problématique : « Rencontrer est un art difficile ; cela s’apprend ; l’enseigner à tous est la tâche première de notre communauté », Albert Jacquard.

Nous faisons des stages à l’étranger :

  • parce que nous sommes convaincus que la rencontre avec l’autre se provoque, s’accompagne et s’apprend en vivant des expériences, en expérimentant et en s’entraînant.
  • parce que nous sommes convaincus que « partir, vivre, travailler dans un autre pays européen ou du monde », être confronté à d’autres langues, d’autres repères et fonctionnements sociaux peuvent contribuer à la transformation de la personne.
  • parce que nous sommes convaincu que le Monde doit se construire par la rencontre, le fait d’apprendre à se connaître et par agir avec des partenaires autours d’enjeux communs...
  • parce que nous sommes convaincus que la rencontre, si elle n’est pas accompagnée, elle peut aussi provoquer un renforcement de préjugés et un repli sur soi.

Ce stage à Barcelone a donc permis de la rencontre, de la rencontre à travers de l’agir avec une multitude de projets suite à des activités d’immersion et de sensibilisation sur la dimension interculturelle :

  • Réalisation d’un livre de recettes espagnoles
  • Réalisation d’un guide du routard pour Roots
  • Organisation d’un grand jeu permettant la découverte de Barcelone
  • Reportage vidéo sur le street art
  • Départ en stop pendant 30 heures en essayant de dépenser 0 €
  • Installer un coin canapé en pleine rue dans Barcelone…

Les projets ont été multiples et quelques films sont là pour en témoigner… Autant d’idées, de projet qu’il convient par la suite de transférer pour l’organisation de séjours ados… https://international.cemea-pdll.or...

Allemagne. Le projet Art Camp : Parler politique avec des ados ?

Cet été les CEMEA Pays de la Loire ont été invité pour la première fois à un échange de jeunes international appelé « Top Down and Bottom Up » (« De haut en bas et de bas en haut ») par une association de travail social de Rostock appelé « Soziale Bildung e.V » (« Sobi » pour les intimes).

Une soixantaine de jeunes de 14 à 18 ans venus de France, Allemagne, Italie, Pologne, ainsi qu’un groupe de réfugiés Syriens majeurs, ont été réunis pendant deux semaines à Lärz, sur un site géré par le collectif « Kulturkosmos ».

La Kulturkosmos Area est une ancienne base militaire Est-Allemande, dont les bunkers ont été réhabilités en salles de spectale et en scènes de concert. Le lieu est connu pour accueillir le « Fusion festival » tous les ans. C’est un festival de musique réunissant 30.000 personnes en juin, et dont les recettes sont reversées aux multiples collectifs de lutte politique du Nord et de l’Est de l’Allemagne (Défense des droits des réfugiés, antisexisme, antihomophobie, antiraciste...). C’est donc un immense réseau politique qui gravite autour de ce lieu.

Sobi en fait partie et a accès au site pour organiser le Art Camp tous les ans en Aout. Ce projet a pour objectif d’aborder des thématiques éminemment politiques avec les jeunes.

Cette année la thématique était les différents systèmes politiques possibles (dictature, démocratie, anarchie), et nous devions porter une analyse et un regard critique sur l’évolution et les dérives politico-médiatiques de nos sociétés à travers la réalisation collective d’une pièce de théâtre. Et ceci en dix jours s’il vous plaît.

C’est ainsi que nous avons organisé des « Workshops » sur des sujets politiques, où, grâce à des méthodes d’éducation populaire (jeux de rôle, revue de presse, débats mouvants...) nous avons, entre autre, discuté des dynamiques de groupe qui poussent à suivre un leader charismatique, de la difficulté et du temps nécessaire à une réelle organisation collective, des limites des modèles démocratiques existants en Europe, de la vie quotidienne sous le joug d’un dictateur en Syrie...

Puis, de manière assez intensive il faut le dire, nous avons partagé nos réflexions, et en avons fait émergé une création artistique collective sous la forme d’une pièce de théâtre. Notre spectacle, appelé « Sky Rapsodie » racontait la rencontre entre des personnes venues d’une société émancipée, libérée du joug du travail, et une dictature où les personnes vivent au rythme de celui-ci.

Ce n’est pas mon premier projet international avec les Ceméa Pays de la Loire et j’ai l’impression que plusieurs de nos partenaires (Tunisie, Hambourg, et Palestine bien sûr...) assument plus facilement les orientations politiques de leurs projets.

CertainEs dirons que cela fermerait la porte à différents financements (Région...) ? Dans le cas du Art Camp, le projet est financé à 100% par l’Europe, et les intentions sont très clairs dans son écriture. Et il s’agit de la même Europe que nous…

Rémi

Portfolio

Art Camp Allemagne été 2016 #1 Art Camp Allemagne été 2016 #3 Art Camp Allemagne été 2016 #2 Art Camp Allemagne été 2016 #4 Art Camp Allemagne été 2016 #5 Chantier international 102 été 2016 #1 Chantier international 102 été 2016 #2 Chantier international 102 été 2016 #3 Chantier international 102 été 2016 #4 Chantier international 102 été 2016 #5
SPIP | Site réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0

CEMÉA Pays de la Loire - 102 rue Saint-Jacques 44200 Nantes

02 51 86 02 60 - accueil[a]cemea-pdll.org